Axes de recherche

La Fémis développe ses activités de recherche, en lien avec ses cursus et en collaboration avec des institutions diverses. Trois axes orientent ces activités : la recherche-création, les approches interdisciplinaires et le cinéma comme lieu de mémoire - archives, histoire des techniques, patrimoine.

Le département recherche rassemble les responsables de la recherche, les enseignants de l’école impliqués dans les projets de recherche, les doctorants SACRe de la Fémis, en interaction avec le conseil scientifique de la Fémis. Ce conseil est composé de onze chercheurs et personnalités institutionnelles reconnus dans le champs des études cinématographiques et audiovisuelles. L’activité de recherche s’effectue également au sein de plusieurs cercles et avec plusieurs types de partenaires :

— Au sein de l’équipe d’accueil 7410 SACRe, qui associe les chercheurs et artistes enseignants à l’ENS et dans les écoles d’art de PSL, en articulation avec le programme doctoral SACRe. Dans ce cadre, de nombreuses actions sont montées en partenariat. Par exemple, le projet « Approches croisées du récit », est un partenariat Fémis / CNSMDP, associant des chercheurs, des compositeurs et des scénaristes autour de leurs pratiques respectives du récit.

— Avec d’autres établissements membres de PSL : notamment avec l’École nationale des Chartes, l’Observatoire de Paris et le projet interdisciplinaire « Origine et conditions d’apparition de la vie ». Ainsi, la Fémis s’est associée à un projet intitulé « Histoire de la pédagogie de la création artistique aux XX-XXIe siècles » (l’École nationale des Chartes, écoles d’art de PSL). Ce dernier porte sur l’histoire des pratiques d’enseignement artistiques depuis un siècle, au regard des évolutions techniques, politiques, sociales et culturelles

— Avec des partenaires scientifiques et culturels dans le champ du cinéma plus largement : départements d’études cinématographiques des universités en France et à l’étranger, Cinémathèque française, partenariat TECHNES, Bibliothèque publique d’information (collaboration avec le festival « Cinéma du réel »).

— Avec des partenaires privés, techniques ou médiatiques, dans le champ du cinéma et de l’audiovisuel (par exemple Arte, Mikros-Technicolor...)

Axe I. Recherche-création

Le cinéma est un objet d’étude, mais il peut être aussi considéré à partir de ses pratiques et, à ce titre, être appréhendé comme une modalité spécifique de la recherche. Associant dans sa pédagogie savoir-faire pratiques et enseignements théoriques, La Fémis développe une réflexion sur la recherche-création plus spécifiquement depuis 2012 avec sa participation au doctorat puis au laboratoire « Sciences, Art, Création, Recherche » (SACRe). Cet axe se propose d’explorer la capacité des films et des images à produire une réflexion et des formes de savoirs en dialogue avec d’autres méthodologies. Les enjeux esthétiques, les mutations techniques, la collaboration entre les pratiques artistiques, les nouvelles formes d’écriture dans le cinéma contemporain sont au cœur de cet axe qui entre ainsi en résonance avec la pédagogie de l’École et avec la formation doctorale SACRe. Plusieurs projets et manifestations s’inscrivent dans cette perspective.

Les projets et manifestations autour de la recherche-création :

-  « La Fabulation au cinéma », in Les rencontres de La Fémis, La Fémis, Paris, 29 mars 2017
Mené par le groupe de recherche de La Fémis, constitué par les doctorants SACRe et la responsable de la recherche, cette journée a permis d’explorer la notion de fabulation telle qu’exposée par Gilles Deleuze dans ses cours sur le cinéma et dans son livre L’Image-temps. À partir de ce concept, les doctorants ont questionné des films pour saisir son implication aujourd’hui.

-  « Immersion, empathie, présence : quelles perspectives artistiques et économiques pour la réalité virtuelle et la vidéo en 360° ? », in Les rencontres de La Fémis, La Fémis, Paris, 21 mars 2017
Cette journée a considéré les potentialités artistiques de la vidéo en 360° et le développement de ce nouveau secteur de l’industrie. Ce projet a été prolongé en 2017-2018 par l’organisation de l’atelier de recherche-création sur la réalité virtuelle comprenant la réalisation d’un film en 360°. Une publication chez Rouge Profond en 2019, sous la direction de Claire Chatelet, Corvo Lepesant-Lamari et Caroline San Martin intitulée : « La réalité virtuelle une question d’immersion ? » a également prolongé ce projet.

Axe II. Approches interdisciplinaires : le cinéma, un objet d’étude à la croisée des disciplines

Le cinéma, en tant qu’objet d’étude, s’envisage à la croisée des disciplines, qu’il s’agisse d’esthétique et de philosophie, d’histoire, d’économie ou de sociologie. Différentes manifestations sont organisées, explorant par exemple des enjeux de réception du cinéma et des séries (cycle « Ce que nous font les films ») ou les pratiques cinématographiques des populations autochtones dans différentes parties du globe (cycle « Cinéma des luttes autochtones » avec l’EHESS).

L’évolution des formes est enfin indissociable d’un contexte économique de production et de diffusion des films, et de leur réception par un public, qu’il convient aussi d’appréhender par des approches économiques et sociologiques. Ces questions ont fait l’objet de différentes journées d’études au sein des « Rencontres de la Fémis » ou de manière ponctuelle.

Les projets et manifestations autour des approches interdisciplinaires :

-  « Ce que nous font les films », La Fémis, l’ENS Louis-Lumière, l’Université de Montréal UQAM, l’IRCAV et SACRe, Paris, les 23-24 mai 2018
Le cinéma nous influence bien au-delà du lieu de la projection : les films nous habitent, ils alimentent nos discussions et peuvent orienter nos actions. C’est ce que l’on pourrait appeler la dimension performative du cinéma. Comment un film peut-il modifier notre regard et notre écoute, susciter des discussions sur nos postures morales, influencer nos manières de faire et de penser, mais surtout d’interroger le cinema. Ce colloque a réuni des chercheurs émanant de différentes disciplines. Ce colloque organisé en mai 2018 s’est prolongé par deux séminaires en 2018-2019.

-  « Migrations / Cinémas : regards croisés entre chercheurs de l’EHESS et cinéastes autour des migrations en France aujourd’hui », in Les rencontres de La Fémis, La Fémis, 22 mars 2017
En se focalisant sur le sujet des migrants dans la France contemporaine, cette journée a fait dialoguer chercheurs et cinéastes, pour aborder les points communs entre les approches du « terrain » par les cinéastes et des chercheurs en sciences sociales, l’histoire des mobilisations croisées de chercheurs et de cinéastes autour des sans-papiers et des migrants, ainsi que les enjeux de représentations au cinéma.

-  « Genre ! Représentations des sexes et des genres au cinéma, des métiers à l’écran », in Les rencontres de La Fémis, La Fémis, Paris, 28 octobre 2016
En accueillant des professionnels et des chercheurs, cette journée a permis d’aborder un large spectre de questionnements autour de la présence des femmes dans les métiers du cinéma et des représentations de genre au cinéma. La matinée était consacrée à l’histoire du cinéma féministe et militant, puis à une table-ronde dressant un état des lieux de la part des femmes dans les professions du cinéma. En présence notamment de Laura Mulvey, l’après-midi a permis d’explorer les manières dont sont représentés dans les films les hommes et les femmes dans leur identité de sexe et de genre.

Axe III. Le cinéma comme lieu de mémoire : archives, histoire des techniques et patrimoine

En tant que lieu de transmission d’une génération de professionnels à une autre, La Fémis est également un lieu de mémoire. Les travaux au sein de cet axe portent sur la création d’archives audiovisuelles, l’histoire des techniques et des métiers, l’histoire de la pédagogie du cinéma et les enjeux de patrimoine. L’école travaille sur ces sujets en partenariat avec différents institutions et programmes de recherche : le programme de recherche international TECHNES, l’ANR « Beauviatech », la Cinémathèque française, le site de ressources PSL-Explore, l’École nationale des Chartes. Le département de la recherche est à ce titre membre du groupe de recherche sur la création collective au cinéma et participe régulièrement à des manifestations scientifiques sur les métiers du cinéma et la pédagogie en arts.

Les projets autour et manifestations du cinéma comme lieu de mémoire :

-  Le programme de recherche international TECHNES porte sur la création d’une encyclopédie en ligne de l’histoire des techniques cinématographiques et associe de nombreux partenaires (Université Rennes 2, Université de Montréal UQAM, Université de Lausanne, ECAL, INIS, cinémathèques française, suisse et québécoise). Il a reçu en 2015 le soutien du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada assurant un financement sur sept ans.

- La Fémis est également partenaire du projet lauréat de l’ANR « Beauviatech » (2018) autour de la mémoire de la société Aaton, en association avec la Cinémathèque française et le département d’études cinématographiques de l’Université Rennes 2.

- Ces partenariats impliquent donc l’organisation de journées d’étude en commun en 2017, 2018, et 2019 – autour par exemple de la valorisation du patrimoine audiovisuel de l’IDHEC et de la Fémis, ou de mai 68 en lien avec les révolutions pédagogiques à l’IDHEC.

-  « Colloque international Beauviatech Repenser la transition numérique », La Fémis, ENS Louis-Lumière, Université Rennes 2
Du 25 au 27 novembre 2020 se tiendra le colloque international « Beauviatech ». Partie française du programme international TECHNES, ce colloque ambitionne d’interroger la relation entre argentique et numérique en cherchant à la replacer dans un contexte bien plus large d’histoire des techniques et des formes.

Pour la liste complète manifestations scientifiques avec leurs programmes, voir ici.